Du reveil citoyen à une stratégie globale : la délégation française

, par  Intercoll (Intercoll)

Dans le cadre du Forum Social Mondial des Migrations, une délégation des ONG françaises a été créée. Cette délégation a proposé une initiative dans l’objectif est de mettre en lumière la diversité et la multiplicité des mobilisations Citoyennes en faveur d’un accueil digne des migrants à travers le monde. Elle a pour but de créer des convergences entre ces mouvements et les acteurs qui les portent (personnes migrantes, mouvements de base, structures d’accueil, organisations de solidarité internationale), afin de coordonner une mobilisation internationale pour les droits et la liberté de circulation. Elle a donc pour finalité de faciliter une mobilisation internationale concertée.

Contexte : Comment devons-nous mobiliser ?

En nous indignant ! En appelant à un réveil des consciences !

Nous devons quitter mentalement un monde qui n’existe plus et cesser de nous épuiser dans des politiques vaines, meurtrières, contre-productives et regarder en face l’évidence de la mobilité, les opportunités qu’elle offre au développement des individus et des sociétés, à la solidarité et à la paix. Dans un monde d’interdépendance et de communication, la frontière ne peut plus être une barrière, une clôture et encore moins un cimetière, mais un espace de rencontre, d’échanges et d’ouverture à la réalisation de soi-même.

En étant force de proposition !

Les mouvements sociaux doivent aujourd’hui regarder ce qui se passe ailleurs et proposer des approches alternatives. Montrer que des politiques migratoires alternatives sont possibles, comme le font par exemple les Etats généraux des migrations en France en construisant une politique alternative à partir des mouvements de base.

Montrer qu’il existe déjà des espaces géographiques et politiques dans lesquels s’exercent la libre circulation des personnes (Espace Schengen pour l’Union Européenne, UNASUR pour l’Amérique du Sud, CEDEAO pour l’Afrique de l’Ouest, ASEAN pour les pays du Sud-Est asiatique…). Pour éviter que la liberté de circulation elle-même soit source de nouvelles formes de précarisation ou d’exploitation, elle devra être étroitement associée à l’égal accès et au respect des autres droits fondamentaux, c’est-à-dire avec une perspective de citoyenneté universelle.
Parallèlement, les garanties en matière d’asile et de protection internationale devront être réaffirmées. Rien ne pourra se construire sans un minimum d’objectifs contraignants, d’impératifs de régulation, de répartition des responsabilités et de respect des engagements pris.

En faisant alliance et front commun !

Seul un dialogue multi-acteurs pourra permettre des avancées dans ce domaine. Ainsi, il convient de mettre en place des espaces de discussion entre Etats, les autorités locales, élu·e·s, migrant·e·s, expert·e·s et société civile. Les migrant·e·s doivent faire partie intégrante des processus de discussion sur le Droit à la mobilité et la liberté de circulation et d’installation mais leur parole doit aussi être mise en avant en-dehors de ces forums. Au-delà des chiffres et des théories il est donc nécessaire de toujours se rappeler que derrière les questions de migrations se jouent des vies humaines, et les migrant·e·s sont les mieux placé·e·s pour en témoigner. Il est donc primordial de redonner la parole aux premiers concernés, de leur permettre d’être pleinement citoyens et acteurs des luttes. Cette alliance entre les associations de migrants et les autres mouvements sociaux ne doit pas faire oublier de défendre aussi le droit à rester « chez soi » et à faire en sorte que la migration ne soit pas un choix par défaut ! En ce sens, il est essentiel de s’allier aussi avec les associations qui veulent défendre "le droit de vivre et travailler au pays".

Organisation générale

On met en place des temps de préparation des discussions du FSMM en amont de l’événement, en profitant de l’université solidaire et rebelle et du Forum mondial des alternatives par les plus exclu·e·s. Ces temps donneront lieu à des capitalisations en anglais et espagnol qui seront diffusées sur le site du FSMM.

Le FSMM permettra deux temps d’atelier qui permettront d’échanger sur les différentes mobilisations citoyennes afin d’identifier des enjeux communs (1), puis de construire une mobilisation collective internationale à partir de ces enjeux (2). Enfin, l’agora des initiatives permettra de la partager au plus grand nombre à la fin du forum (3).

Navigation

Journal des Alternatives, une plateforme altermondialiste

Suivre Intercoll.net

Réseaux sociaux - Flux RSS