Présentation Intercoll

Intercoll est un espace ouvert de débat, d’échange et de mobilisation des mouvements sociaux et citoyens. Il vise à participer à l‘émergence progressive d’un nouvel « intellectuel collectif international » à partir de l’élaboration intellectuelle des mouvements et des réseaux de recherche et d’éducation populaire qui leur sont liés. Intercoll ambitionne de créer un espace international et multiculturel, c’est pourquoi le site fonctionne en six langues. Les articles sont précédés d’un résumé de dix lignes dans les différentes langues permettant à chacun de recourir aux outils de traduction automatique. Sept démarches seront mises en œuvre :

Pour nous contacter

Les dernières publications

À lire ailleurs

  • La gauche espagnole et la question catalane

    , par Europe Solidaire Sans Frontières, Jaime Pastor, Viento Sur

    « L’expression politique de l’identité catalane est trop persistante et intense pour s’évanouir dans l’anonymat d’une polis unique et, en démocratie, une fois brisé les liens de la peur, le projet unitaire de l’Espagne présente d’autres faiblesses qu’il convient de ne pas agiter (Pays basque, Galice…). » Ce diagnostic d’un ancien ministre socialiste de la justice, Francisco Caamaño, synthétise le constat d’échec historique du nationalisme espagnol dominant non seulement sur la question catalane, mais aussi en ce qui concerne son projet d’assimilation de la diversité nationale et culturelle au sein de l’Etat espagnol.

  • La gauche face au Venezuela

    , par Claudio Katz

    Les médias gardent le silence sur la violence de l’opposition vénézuélienne et la répression dominante par les gouvernements de droite d’Amérique latine. La stratégie menée par la droite d’un coup d’état institutionnel a des limites sérieuses, mais la gauche doit aborder cette nouvelle menace, soutenir les décisions anti-impérialistes et faire une distinction entre le boycott capitaliste et l’inefficacité du gouvernement actuel.

  • Iran. Défis économiques pour le président réélu

    , par Hamzeh Arabzadeh, Orient XXI

    Hassan Rohani a été réélu président avec 57 % des voix le 19 mai dernier. Manifestement, les perspectives d’ouverture économique à l’étranger qu’il défend ont davantage convaincu les électeurs que les promesses souvent inconsidérées de ses adversaires conservateurs en direction des plus modestes. Reste que le chômage, qui a pris la place de l’inflation dans les débats politiques, ne peut être combattu efficacement que par une diversification du secteur industriel hors pétrole. On est loin du compte.

Suivre Intercoll.net

Réseaux sociaux - Flux RSS