Présentation Intercoll

Intercoll est un espace ouvert de débat, d’échange et de mobilisation des mouvements sociaux et citoyens. Il vise à participer à l‘émergence progressive d’un nouvel « intellectuel collectif international » à partir de l’élaboration intellectuelle des mouvements et des réseaux de recherche et d’éducation populaire qui leur sont liés. Intercoll ambitionne de créer un espace international et multiculturel, c’est pourquoi le site fonctionne en six langues. Les articles sont précédés d’un résumé de dix lignes dans les différentes langues permettant à chacun de recourir aux outils de traduction automatique. Sept démarches seront mises en œuvre :

Pour nous contacter

Les dernières publications

  • Partenaires L’association VECAM

    Partenaires | , par VECAM

    Vecam est une association créée en 1995, à l’initiative de Jacques Robin et de Véronique Kleck. Anticipant que l’information, les productions culturelles et le savoir connaitraient une numérisation croissante, que toutes les forces structurant les sociétés humaines seraient concernées, les fondateurs (...)

  • Mobilisations Jai Jagat 2020

    Jai Jagat | , par Jai Jagat

    Des milliers de manifestant.e.s engagé.e.s dans le changement non-violent dans le monde entier partiront d’Inde, de Belgique, de France, d’Allemagne, de Suède, du Mali, du Sénégal, d’Espagne et d’autres pays vers Genève (Suisse).

    Les personnes qui occupent une place importante dans la campagne de Jai Jagat viennent du bas de la hiérarchie socio-économique : communautés autochtones, groupes socialement discriminés ; les petits agriculteurs et les communautés sans terre ; les réfugiés et habitant.e.s des zones de conflit ; et les personnes déplacées sur le plan écologique.

  • Mobilisations Quelle grande transition ?

    La Grande Transition | , par Pierre Beaudet, Plateforme altermondialiste

    Ce jeudi 17 mai s’ouvre à Montréal la « Grande transition », un évènement assez exceptionnel qui attend plus de 1000 personnes. Oui vous avez bien lu, il n’y a pas un 0 de trop.

    L’initiative a une certaine profondeur, puisqu’elle a été mise en place par des collectifs étudiants-profs dans plusieurs universités québécoises.

    Pour cette rencontre, l’idée de la « transition » devient un processus, à la fois une lutte opiniâtre et quotidienne, à la fois un ensemble d’expérimentations « pré-figuratives ». D’où la volonté fortement exprimée de créer des mouvements et des partis qui soient des outils d’émancipation, et non pas des leviers pour permettre aux « cadres et compétents » de prendre la place des autres. D’où la nécessité de mettre au premier plan et de donner la parole aux invisibles et aux inaudibles de l’histoire, les femmes, les autochtones, les réfugiés, les damnés de la terre de toutes sortes à commencer par cet énorme « précariat », surtout jeune, surtout féminin. D’où la nécessité de repenser l’économie en sortant du carcan de la fausse croissance et du faux progrès, en rétablissant un autre rapport avec Pachamama, ce qui impose de ne pas la considérer comme une « ressource ».

  • Groupes de travail L’avenir de la Nakba

    Articles du groupe de travail Palestine | , par Agence Média Palestine, Joseph Massad

    Dans ce texte, Joseph Massad développe la thèse selon laquelle la Nakba n’est pas seulement la catastrophe de 1948, mais un processus au long cours qui dure depuis 140 ans et que c’est sous cet angle qu’il faut envisager l’avenir.

    Face à cela, la résistance populaire continue par la dénonciation des lois racistes, la délégitimation de l’AP, la grande marche du retour et par BDS au plan international.

À lire ailleurs

  • Imagination stratégique et parti – « la lutte, loi de la vie »

    , par Josep Maria Antentas

    A partir de l’expérience de Podemos et de la reprise du débat stratégique suite à diverses expériences politiques et sociales, Josep Maria Antentas livre quelques pistes stratégiques à propos du rôle des partis politiques, de leurs relations avec les mouvements sociaux, des problèmes de temps et d’espace posés à la politique, de la démocratie, ou encore de l’imbrication de la vie, du quotidien et de militantisme.

  • La question de la question (nationale)

    , par Europe Solidaire Sans Frontières, Pierre Beaudet

    L’indépendance du Québec est-elle encore une cause valable aujourd’hui ? C’est une cause qui divise, elle ne semble plus capter l’attention de la majorité des jeunes, sans compter l’opposition des populations racisées et migrantes.
    Lors du débat du 24 février, André Frappier et Sibel Ataogul ont exprimé ce qui est présentement l’opinion majoritaire dans la gauche : l’émancipation espérée est à la fois sociale et nationale. Pour les indépendantistes de gauche, le projet du PQ a fait son temps.

  • François Houtart : Une sociologie de la libération

    , par Geoffrey Pleyers

    Décédé en juin 2016, François Houtart laisse une œuvre considérable et un héritage pour les acteurs et les chercheurs qui veulent contribuer à un monde plus juste et plus solidaire. Cet article analyse les principaux axes de son et ses contributions aux sciences sociales contemporaines. Après avoir brièvement retracé son parcours et sa contribution à la théologie de la libération, l’article revient sur les convictions qui ont guidé son engagement comme sociologue. Analyste et acteur, il a été un protagoniste important de quelques-uns des principaux projets d’émancipation contemporains, aux côtés des mouvements sociaux dans les Forums Sociaux Mondiaux ou des gouvernements progressistes en Amérique latine et en Asie. L’une des contributions majeures de François Houtart aux sciences sociales tient dans son rôle de précurseur et de promoteur des « épistémologies du Sud » qui invitent à analyser le monde, les mécanismes d’oppression et les projets d’émancipation à partir des perspectives des acteurs sociaux et des opprimés du Sud de la planète dans la perspective d’une « autre mondialisation », celle de la justice et de la vie.

  • La gauche espagnole et la question catalane

    , par Europe Solidaire Sans Frontières, Jaime Pastor, Viento Sur

    « L’expression politique de l’identité catalane est trop persistante et intense pour s’évanouir dans l’anonymat d’une polis unique et, en démocratie, une fois brisé les liens de la peur, le projet unitaire de l’Espagne présente d’autres faiblesses qu’il convient de ne pas agiter (Pays basque, Galice…). » Ce diagnostic d’un ancien ministre socialiste de la justice, Francisco Caamaño, synthétise le constat d’échec historique du nationalisme espagnol dominant non seulement sur la question catalane, mais aussi en ce qui concerne son projet d’assimilation de la diversité nationale et culturelle au sein de l’Etat espagnol.

  • La gauche face au Venezuela

    , par Claudio Katz

    Les médias gardent le silence sur la violence de l’opposition vénézuélienne et la répression dominante par les gouvernements de droite d’Amérique latine. La stratégie menée par la droite d’un coup d’état institutionnel a des limites sérieuses, mais la gauche doit aborder cette nouvelle menace, soutenir les décisions anti-impérialistes et faire une distinction entre le boycott capitaliste et l’inefficacité du gouvernement actuel.

Suivre Intercoll.net

Réseaux sociaux - Flux RSS

AgendaTous les événements